Au fil des siècles

L’histoire du chat semble être parallèle à celle de l’homme, celui-ci l’ayant domestiqué au VIIIe siècle av. J.-C. Par son caractère et sa personnalité indépendance et l’impossibilité d’être dressé, le chat a de tout temps, fasciné les hommes, qui ont été jusqu’à en faire un objet de vénération et parfois de crainte.

L’histoire du chat est naturellement pleine de rebondissements et de courbes : aux périodes de vénération de l’Égypte antique succèdent les persécutions par l’Inquisition au Moyen Age. C’est d’ailleurs dans l’Égypte antique que l’on a retrouvé les premières véritables traces de domestication du chat. Rappelons que, par la crainte et le mystère qu’il inspirait, le chat faisait l’objet d’une vénération qui lui valut de représenter la déesse Bastet. De nombreux Égyptiens possédaient un chat domestique. Son importance était si grande que lorsque le chat mourait, il était momifié et toute la famille se rasait les sourcils en signe de deuil.

Au Moyen Age, et particulièrement chez nous, dans les sociétés occidentales, le chat n’a pas connu le même respect au travers de l’histoire. Allant jusqu’à être considéré par l’Église comme étant l’incarnation du diable, le chat est persécuté par l’Inquisition, brûlé, exterminé, à l’instar des femmes accusées de sorcellerie. De plus, toute personne possédant un chat noir risquait, tout comme lui, de subir le même sort.

Au XIVe siècle, on accuse le chat, à tort, d’être responsable de la peste noire. Paradoxalement, les rares personnes qui, malgré les risques, avaient gardé leur chat ont pu échapper à la peste : en effet, la maladie venait des rats, qui étaient chassés par les chats.

De la Renaissance au XIXe siècle, le chat redevient peu à peu un animal de compagnie, avant de faire l’objet de véritables études naturalistes. C’est seulement au XVIIIe siècle que le naturaliste Carl von Linné crée une première classification des races de chats.

Aujourd’hui, de nombreux ménages possèdent un chat de compagnie. En effet, il est réputé pour favoriser la circulation de bonnes ondes, et pour faire du bien au moral. Cependant, des superstitions subsistent quant aux mystères que véhicule cet animal : et sait-on à présent si le chat noir est signe de malheur ou de grande chance ? Quoi qu’il en soit, depuis l’aube des hommes, le chat noir n’a laissé personne indifférent.