CAMPAGNES - FOIE GRAS

FOIE GRAS - LUXUEUSE LA CRUAUTÉ ? VRAIMENT ?

Le foie gras est généralement reconnu pour être un aliment luxueux, un produit pour gourmets, destiné à contenter les plus fines papilles.

Mais que cache cet aliment gras et dispendieux ?

Une industrie cruelle, basée sur la souffrance des oies et des canards.

Une tradition de longue date

C’est à l’époque des pharaons que les Égyptiens auraient été attirés par le foie des oies faisant halte sur les bords du Nil, en hiver, lors de leur migration. Chassées à cette époque de l’année, elles dévoilaient alors un foie engraissé en prévision du voyage. Certaines espèces d’oies et de canards migrateurs ingèrent en effet un volume de nourriture suffisant pour leur permettre d’affronter cet impressionnant déplacement.

Voyant qu’une telle hypertrophie de cet organe ne se produisait que deux fois par année, les amateurs de ces foies plus gras voulurent reproduire artificiellement des conditions d’élevage capables de leur prodiguer un produit semblable. Les Romains sont réputés pour avoir popularisé cet aliment, alors qu’ils gavaient les oies d’une bouillie de figues.

DES CONDITIONS DE VIE INHUMAINES

De nos jours, dans les fermes d’élevage industriel d’oiseaux destinés à la production de foie gras, les oies et les canards sont gavés quotidiennement d’une façon cruelle. Plus d’une fois par jour, ces êtres vivants sont forcés d’ingérer des quantités de nourriture pouvant équivaloir à environ un tiers de leur masse corporelle. La nourriture est introduite à l’intérieur d’un tube métallique qui leur est brutalement enfoncé de la gorge jusqu’à l’estomac.

Cette ingestion involontaire de telles quantités d’aliments fait parfois éclater leurs organes; leur foie peut enfler à un point tel qu’il atteindra une grosseur environ dix fois plus imposante que la normale. Les oiseaux peinent alors à effectuer les actions les plus naturelles et essentielles, comme respirer et marcher. Certains individus sont retrouvés noyés dans leur vomi, car le gavage peut les submerger au point où ils suffoquent. D’autres sont aux prises avec des blessures souffrantes causées par les dures conditions d’élevage : perforation du cou, plaies aux ailes, diarrhées, maladies du tube digestif, etc.

C’est à l’âge de douze semaines que les oies et les canards prennent le chemin des fermes d’élevage. Puisque seul le foie des mâles est utilisé, des milliers de jeunes canes sont tuées. Ces êtres vivants sensibles passeront les deux à trois dernières semaines de leur vie enfermés à l’intérieur de minuscules cages où même se tourner sur eux-mêmes devient impossible. En plus d’être cruelle, cette industrie peut générer des impacts environnementaux, au même titre que les autres secteurs agricoles (gestion des fumiers et des intrants, par exemple). Par ailleurs, les dizaines de kilogrammes de céréales nécessaires pour engraisser ces oiseaux pourraient être directement intégrés à l’alimentation humaine, évitant ainsi un intermédiaire, une transformation inutile et coûteuse en énergie.

Ne vous laissez pas berner par l’attrait du produit « Fait au Québec », car s’il est vrai que la province abrite une importante industrie du foie gras, les conditions de vie de ces animaux sont similaires à celles de n’importe où ailleurs dans le monde. La provenance locale de l’aliment ne peut justifier la cruauté sur lequel il repose.

En 2006, l’organisme montréalais Global Action Network (GAN) a mené une enquête d’infiltration chez Élevages Périgord, la plus grande ferme canadienne d’élevage d’oiseaux destinés à la production de foie gras. Sur le site de l’organisme québécois, il y est écrit que : « Les preuves sur vidéo révèlent un nombre important d’infractions aux clauses portant sur le bien-être des animaux dans le Code criminel du Canada et à la Loi sur l’inspection des viandes de 1990. L’enquêteur a filmé alors que du personnel de l’abattoir arrachait la tête de canards vivants, écrasait des canards sur les murs et les planchers, ou coupait la gorge de canards tout à fait conscients. Des cannetons ont été écrasés ou étouffés à mort dans des sacs à ordures. D’autres cannetons ont été abandonnés pour geler à mort dans des poubelles métalliques par des froids de moins 20 degrés. »

Avec la collaboration de Farm Sanctuary, Global Action Network a également enquêté sur une autre entreprise québécoise, la ferme Les Champs d’Élisé. Plusieurs autres actes de cruauté ont également été rapportés. Des investigations semblables aux États-Unis, notamment pour les fermes de Hudson Valley Foie Gras à New York et de Sonoma Foie Gras en Californie, ont aussi dévoilés des conditions cruelles semblables. Là-bas, les enquêteurs ont observé des plaies ouvertes sur plusieurs oiseaux, des infections aux yeux d’une telle gravité qu’il était difficile de voir où se trouvaient les yeux, d’autres oiseaux mangés par un rat alors qu’ils étaient toujours vivants, des individus couverts de vomi.

Un produit luxueusement malade!

Le gavage des oiseaux engraissés pour la production de foie gras provoque une maladie : la stéatose hépatique. Selon la Fondation canadienne du foie, chez l’humain, cette maladie résulte de l’accumulation de graisses dans les cellules du foie. La stéatose hépatique est habituellement diagnostiquée lorsque la graisse représente entre 5 et 10% du foie. Cette condition peut résulter de l’obésité, d’une mauvaise alimentation, de facteurs génétiques, de l’ingestion de médicaments ou de substances chimiques (l’alcool par exemple), etc.

Chez les oiseaux migrateurs, la stéatose hépatique serait une conséquence naturelle du phénomène de Zugunruhe (en allemand, zug pour mouvement, migration ; unruhe pour inquiétude ou anxiété). Lié au système hormonal, lui-même dépendant des conditions climatiques guidant la migration, cette condition résume le sentiment d’anxiété ressenti par les oiseaux migrateurs en vue de leur voyage. Ceux-ci mangent alors davantage qu’à l’habitude afin de se créer une réserve. Cette consommation plus importante de nourriture entraîne l’hypertrophie du foie.

Cependant, le phénomène naturel ne peut être comparé aux conditions d’élevage modernes. D’abord, certaines des espèces utilisées par les fermes d’élevage, dont les canards de barbarie et le mulard, seraient des espèces non migratrices (aucune prédisposition particulière pour l’hypertrophie du foie). Par ailleurs, la nourriture distribuée aux oiseaux des fermes d’élevage se résume à du maïs mélangé à d’autres céréales, et est donc généralement carencée comparée au régime alimentaire naturel plus varié des canards et des oies. De plus, avant leur migration, les oiseaux ne se goinfrent pas au point de ne plus pouvoir voler ! Ils ingèrent simplement une quantité de nourriture suffisante pour s’assurer d’une réserve leur permettant d’effectuer un long voyage. Cette ingestion n’est par ailleurs pas imposée à l’aide d’un outil de métal brutalement inséré de la gorge à l’estomac…

Sans parler de la cruauté que nous infligeons à notre propre corps par l’ingestion d’un aliment calorifique, riche en sel et d’une teneur élevée en cholestérol.

Le foie gras maintenant banni dans plusieurs pays pour cause de cruauté

Partout à travers le monde, des groupes se mobilisent pour faire bannir ce produit alimentaire cruel. Vétérinaires, politiciens, hommes d’affaires, agriculteurs, restaurateurs; plusieurs milieux appuient ces initiatives.

Aujourd’hui, les lois de ces pays interdisent implicitement ou explicitement la production et/ou la vente de foie gras : Israël, Italie, Autriche, République tchèque, Danemark, Finlande, Allemagne, Luxembourg, Norvège, Pologne, Hollande, Suède, Suisse, Royaume-Uni et Afrique du Sud. Des états américains, comme la Californie, ont également opté pour des politiques plus compatissants et ont interdit la production et/ou la vente de foie gras sur leur territoire. Des villes telles que Chicago ont aussi emboîté le pas à des initiatives semblables.

Au Canada, une multitude de restaurants ont également choisi de ne plus offrir ce produit à leur clientèle. Cliquez ici pour accéder à la liste de ces entreprises compatissantes.

L’IMPLICATION DE LA SPA CANADA

La SPA Canada tient des kiosques d'information afin d'exposer la cruauté inhérente aux fermes de production de foie gras.

  • Notre organisme peut ainsi collecter des pétitions visant à interdire la production et la vente de ce produit alimentaire cruel dans plusieurs grandes villes canadiennes. Jusqu'à ce jour, plus de 100 000 signatures ont été recueillies;
  • Des campagnes locales sont également envisagées pour bannir la vente, l'achat et la production de foie gras dans les villes de Montréal, d'Ottawa et de Vancouver;
  • Des agents de sensibilisation du public de la SPA Canada travaillent face à la colline parlementaire d'Ottawa afin d'informer les décideurs politiques (députés, ministres, etc.) des réalités cruelles des fermes d'élevage d'oies et de canards;
  • La SPA Canada participe à des enquêtes d'infiltration en vue d'exposer la cruauté des fermes d'élevage. Deux des membres fondateurs de notre organisme ont d'ailleurs infiltré deux des trois plus importantes fermes et abattoirs en Amérique reliés à la production de foie gras. Les atrocités filmées ont été dévoilés aux médias.

En résumé, la campagne de la SPA Canada contre le foie gras se concrétise par :

  • La tenue de kiosques d'informations;
  • La signature de pétitions;
  • Des manifestations et de l'appel au boycott contre les commerces tirant profit de la cruauté envers les animaux utilisés dans l'industrie du foie gras;
  • La sensibilisation des décideurs politiques afin de légiférer contre l'industrie du foie gras.

Ce que VOUS pouvez faire

  • Signer la pétition contre la production et la vente de foie gras;
  • Sensibiliser votre entourage;
  • Écrire une lettre à votre député ou à votre maire afin de lui demander de bannir le foie gras de votre ville ou de votre province, pour des motifs de cruauté envers les animaux;
  • Boycotter les restaurants et magasins qui offrent du foie gras;
  • Par des lettres, des appels téléphoniques ou en personne (directement au gérant), témoigner à ces entreprises que vous ne supporterez pas leur commerce tant qu'ils persisteront à vendre du foie gras;
  • Adhérer à la SPA Canada;
  • Faire un don à notre organisme afin de nous supporter dans la campagne visant à interdire la production et la vente de foie gras dans la province.